Garac

Mairie de Garac

Tél. :   05 61 85 59 55
mairie.garac @ orange.fr

Horaires d'ouverture : 
Lundi de 14h00 à 17h00
Mardi et Mercredi de 9h00 à 12h00  

(Fermée les mercredi des vacances scolaires)

Ecole Garac

Directrice : Sylvie Walter

Tél : 05 61 85 87 60

PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules
Vous êtes ici :

Bienvenue à Garac

Garac est un  village de 172 habitants, d'une superficie de 605 ha.

Commune rurale avec forte activité agricole.

Origine du nom :  de gar ’’garenne’’ et de ac ’’lieu’’, en référence à un lieu couvert de bois.

Les habitants de Garac sont des Garacois et des Garacoises

L'équipe municipale

Maire : Joël Mélac

Adjoints : Pascal Begue, Jean-Claude Destarac, Alain Mélac

Conseillers Municipaux : Brigitte Bes, Henri Cambra, Eric Carrere, François-Régis Fontan, Didier Gallon, Corinne Garros, Sylvie Pollini.

Un peu d'histoire

Au Moyen Âge, Garac est une petite ville défendue par un château féodal. Après avoir fait partie de la Baronnie de Launac, Garac a pour Seigneur Louis de Carmaing en 1567. Un acte de 1716 mentionne une pièce de terre communale qui conserve des fondations et un vestige du fossé qui entourait le château médiéval. Avant la Révolution, la ville dépend de la province de Guyenne-Gascogne, de la généralité d’Auch et de l’élection de Beaumont-de-Lomagne.

En 1792, des troubles anti-révolutionnaires conduisent le maire à nommer dans chaque quartier des commissaires chargés de maintenir l’ordre et de dénoncer les ennemis de la Révolution. Au XIXe siècle, un vignoble constitué de pieds de vigne venant du Languedoc, couvre une grande partie des versants méridionaux des collines. En 1886, des machines à vapeur ou des machines à manège sont employées pour battre les céréales. A la même époque, trois diligences partent de Cadours et traversent Garac pour transporter les voyageurs à la gare de Mérenvielle. Jusqu’au début du XXe siècle, la ville conserve l’usage du charivari : les jeunes font un bruit assourdissant avec des poêles et des chaudrons devant la maison d’un veuf ou d’une veuve qui se remarient pendant plusieurs jours avant le mariage.

 

 

 

 

Eglise Saint Jean-Baptiste - XIXe siècle

L’Église, légèrement démarquée du centre du village, comporte un clocher-porche dont la tour est élevée sur un plan octogonal. Le premier étage du porche est ouvert par trois arcatures géminées en plein cintre. Le presbytère est accolé au chevet de l’église.

 

 

 

 

 

 

 

Maison XVIIIe siècle

Cette demeure, située à l’écart du village, appartenait à une riche famille de propriétaires terriens de la région. Elle est construite en brique, mais des pierres sont utilisées pour consolider les soubassements des murs porteurs. La demeure est constituée d’un bâtiment principal à deux niveaux cantonné par deux tours carrées à trois niveaux. Ces tours, dont l’une servait de pigeonnier, sont surmontées d’un toit à quatre pentes sommé d’une céramique en terre cuite vernissée. Cette dernière représente une cruche verte qui rappelle la vocation viticole du domaine